Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On peut innover dans tous les secteurs

28 Mai 2011 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Actualités techno commentées

Les faits : Plastic Omnium propose des poubelles qui compactent les déchets. 

 

Source : Enjeux - Les Echos, mars 2011, p.23.

 

Commentaire : On a tendance à assimiler entreprise innovante et entreprise "high tech". Et il est vrai qu'un coup d'oeil aux thèmes de nos commentaires d'actualités technologiques ne dément pas vraiment cette impression. Pourtant, il ne faut pas oublier que des entreprises peuvent rechercher la différenciation par l'innovation dans tous les secteurs d'activité. Ici, des conteneurs qui non seulement compactent leurs déchets mais sont alimentés par de l'énergie solaire et signalent quand ils doivent être vidés. Leur prix peut être amorti pour les municipalités par une réduction du nombre des tournées (passées à Saint-Germain-en-Laye de deux ou trois fois par jour à deux ou trois fois par semaine).

Lire la suite

L'Oréal et l'innovation

21 Mai 2011 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Histoires d'innovations

Tandis que son actionnaire principale, Liliane Bettencourt, faisait il y a quelques mois régulièrement la « une » des journaux pour des affaires diverses (procès de sa fille, soupçons de fraude fiscale et de financement illégal de partis), elle qui est habituellement si discrète, on a un peu tendance à oublier l’origine de sa fortune : le succès de L’Oréal. Elle est en effet la fille d’Eugène Schueller, qui a créé l’entreprise il y a plus d’un siècle.


A l’occasion du centenaire de la création de l’entreprise, deux enseignants-chercheurs en stratégie de l’ESCP-EAP ont publié un livre sur les méthodes de management stratégique du géant des cosmétiques (B. Collin et D. Rouach, Le modèle L’Oréal, Pearson, 2009). Il m’a paru intéressant de prendre appui sur ce travail d’investigation fouillé pour explorer le management de l’innovation chez L’Oréal. Il est en effet connu que l’innovation est au cœur du modèle de l’entreprise. Les « moteurs de croissance » de l’entreprise sont l’innovation et la communication. La R&D permet de proposer des produits aux caractéristiques inédites, la communication publicitaire de les mettre en avant. Dès lors, le groupe peut vendre des produits avec des marges élevées dans des volumes importants. Le volume permet de réduire les coûts et les marges de financer les dépenses de R&D et de communication publicitaire.


L’ouvrage de B. Collin et D. Rouach donne des éléments à la fois sur le management de l’innovation chez L’Oréal et sur certaines caractéristiques plus générales qui influent sur l’innovation.


Le management de l’innovation repose sur les piliers suivants :
- Un système de veille assez développé, au niveau commercial, concurrentiel, législatif, géographique, géopolitique, sociétal et technologique. La combinaison de ces différents systèmes de veille permet à la fois d’anticiper des grandes tendances (par exemple, le développement du marché asiatique) et donc de lancer des projets de produits répondant à ces nouvelles tendances, de rester à la pointe au niveau technologique (on sait que la R&D interne ne peut répondre à tous les besoins et qu’elle n’est efficace que si elle est fortement connectée à des réseaux extérieurs) et de répliquer à la concurrence quand l’entreprise ne parvient pas à être la première.
- Des services de R&D très développés pour une entreprise de ce secteur (les dépenses de R&D représentent environ 3% du chiffre d’affaires) avec trois axes : la recherche fondamentale, la recherche appliquée et le développement et de trois thèmes : la peau, le cheveu et la coloration. Les centres de R&D sont répartis dans le monde entier.
- Des liens forts entre R&D et marketing combinant une logique « market-pull » (réponse à un besoin identifié par le marketing) et une logique « technology-push » (la découverte ou l’invention est alors le point de départ du processus).

 

L’entreprise a par ailleurs un certain nombre de caractéristiques qui ont un impact sur l’innovation :
- Une orientation à long terme (un actionnariat familial actif contribue sans doute à cette caractéristique, ainsi – mais les deux sont liés – que la longueur des mandats des dirigeants – seulement 5 depuis la création de l’entreprise). C’est sans doute l’une des explications de l’existence, au sein du département de R&D de L’Oréal, de projets de recherche « amont », quasiment fondamentale.
- Une culture valorisant l’initiative et la créativité : « Ainsi les facteurs clés de l’innovation se retrouvent dans la culture l’oréalienne : communication dense, autonomie, autocontrôle, rencontres multiples, ouverture, diversité, droit à l’erreur, esprit entrepreneurial » (Collin et Rouach, p.63).
- Une structure orientée projet, décentralisée et relativement peu formalisée pour une entreprise de cette taille (culture orale).
- Un certain culte du secret.

 

Tout cela se traduit par exemple par la création d’environ 3 000 nouvelles formules et par le lancement de nombreux produits chaque année (environ 20% de son portefeuille).

Lire la suite

Bataille des systèmes d'exploitation pour mobiles

21 Mai 2011 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Actualités techno commentées

Les faits : Android gagne du terrain, principalement au détriment de Nokia. 

 

Source : Les Echos, 20/21 mai 2011.

 

Commentaire : Nous avons développé ailleurs les enjeux de cette bataille des systèmes d'exploitation pour smartphones. Les dernières données Gartner reproduites par Les Echos indiquent une spectaculaire percée d'Android, qui passe de 9,6% du marché au 1er trimestre 2010 à 36% un an plus tard. Dans le même temps, Symbian, le système promu par Nokia, passe de 44,2% à 27,4%. Windows Phone ne cesse de se marginaliser (3,6%) tandis que Balackberry OS (19,7%) et iOS - le système de l'iPhone (16,8%) se portent plutôt bien.

Lire la suite

Les paradoxes d’un outil de management stratégique : le brevet et la liberté

7 Mai 2011 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Publications : résumés et liens

Corbel, P. « Les paradoxes d’un outil de management stratégique : le brevet et la liberté », Management International, vol.15, n°2, hiver 2011, p.23-33

 

Résumé : Le but de cet article est de montrer que les relations entre brevet et liberté sont beaucoup plus complexes qu’il peut y paraître au premier abord. Fondamentalement, le brevet est conçu comme un outil d’incitation à l’innovation permettant à son détenteur de restreindre la liberté d’autres acteurs. Nous montrons toutefois, en nous appuyons sur une revue de la littérature récente sur l’utilisation stratégique des brevets et sur deux études empiriques complémentaires, que celui-ci remplit de nombreuses fonctions, dont certaines sont au contraire dirigées vers un surcroît de liberté.

Lire la suite

The evolution of patent functions: New trends, main challenges, and implications for firm strategy

7 Mai 2011 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Publications : résumés et liens

Corbel, P. et Le Bas, C. “The evolution of patent functions: New trends, main challenges, and implications for firm strategy”, Working paper du GATE Lyon – Saint-Etienne, n°2011-6, mars 2011

 

Abstract : Recent publications in the field of Intellectual Property (IP) have shown that the previous literature did not grasp how complex patents are. The goal of this paper is to present an overview of all identified functions of patents and of the main strategic implications of such a complex picture. We first survey the main patent functions: innovation protection, functions related to trade and finance, defensive roles, and patent as an input in the innovation process. We then define each function and analyse their main evolution trends in relation with the current environment. We finally identify the strategic implications of each function. We focus on the implications of the newly identified functions and on the interaction between the different functions.

 

Lien : L'article est disponible sur le site du GATE.

 

Lire la suite

Rapport sur l’utilisation stratégique du brevet en France

7 Mai 2011 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Publications : résumés et liens

Corbel, P., Rapport sur l’utilisation stratégique du brevet en France, rapport de recherche remis à l’ASPI (Association des Spécialistes en Propriété industrielle de l’Industrie), février 2011

 

Résumé :Ce rapport synthétise les principaux résultats d’une série d’études réalisée dans le cadre d’un projet de recherche intitulé « observation et analyse des stratégies de propriété intellectuelle » (OASPI) lancé en 2007 et soutenu en 2009-2010 par l’ASPI (Association des Spécialistes en Propriété industrielle de l’Industrie). Ces études ont consisté en une campagne d’entretiens auprès de responsables de la propriété intellectuelle (PI) ou des brevets en entreprise sur les fonctions du brevet et l’articulation entre stratégie brevet et stratégie globale de l’entreprise, une enquête par questionnaire sur le même thème et une campagne d’entretiens sur le rôle de la propriété intellectuelle dans les relations entre recherche publique et industrie. S’y ajoute une étude spécifiquement réalisée pour une entreprise sur les relations entre le brevet et la motivation des salariés des bureaux d’étude.
Il s’agit donc d’une recherche fortement ancrée dans la pratique. D’un point de vue académique, le but était d’approfondir nos connaissances dans un domaine qui fait l’objet d’un nombre élevé de travaux, mais dont seulement une faible proportion repose sur des relations avec les praticiens. D’un point de vue managérial, le but était de contribuer à la construction d’une véritable approche stratégique de la gestion de la propriété intellectuelle et plus spécifiquement, dans un premier temps, des brevets.
Cette approche stratégique prend comme point de départ le fait que le rôle du brevet ne peut être limité à celui d’un simple outil juridique permettant de se protéger de l’imitation. Il a de nombreuses fonctions et peut donc être mis au service de stratégies différentes. Ce sont ces différents rôles qui sont développés dans la première partie de ce rapport : rôles de protection et de blocage, bien sûr, mais aussi de préservation de sa liberté d’exploitation, rôles financiers, effets sur l’image et la réputation et, de manière plus originale, rôles de gestion interne à l’entreprise (motivation, gestion des connaissances…). Nous explorons ensuite comment ces fonctions peuvent s’articuler avec la stratégie globale d’une entreprise et avec celles d’autres droits de la PI.
La hiérarchisation de ces fonctions conditionne en partie la manière dont vont être gérés les brevets au sein de l’entreprise, thème de notre deuxième partie. Nous y donnons quelques points de repères (nos études ne permettant que d’avoir une vision partielle de cette problématique) sur les pratiques mises en œuvre par les entreprises en matière de gestion de leur portefeuille de brevets, la manière dont elles l’organisent et sur leur impact budgétaire.
Si l’optique est jusqu’ici globale, il est évident que le management des brevets varie considérablement d’une organisation à l’autre. Ces différences constituent le thème de notre troisième partie. Les principaux facteurs de variation détectés sont la taille de l’organisation et le secteur d’activité. Les institutions publiques de recherche constituent toutefois des cas particuliers qui ont fait l’objet d’une étude spécifique. Nous tentons de synthétiser la prise en compte de ces différences dans le cadre de configurations reliant stratégie générale de l’organisation, hiérarchie des buts de la détention de brevets, actions mises en œuvre, organisation mise en place et allocation de ressources.

 

Lien : Le rapport a fait l'objet d'une diffusion via la lettre de l'Observatoire de la Propriété Intellectuelle, n°15, juillet 2011, avec un lien direct

Lire la suite

L’appropriation du savoir entre laboratoires publics et entreprises : la gestion des tensions au sein d’un pôle de compétitivité

7 Mai 2011 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Publications : résumés et liens

Corbel, P. ; Chomienne, H. et Serfati, C. « L’appropriation du savoir entre laboratoires publics et entreprises : la gestion des tensions au sein d’un pôle de compétitivité », Revue française de gestion, vol.37, n°210, janvier 2011, p.149-163

 

Résumé :  : Dans un contexte d’innovation ouverte, les relations entre laboratoires publics et industriels sont en développement mais elles sont rendues complexes par de fortes divergences concernant leur vision de l’appropriation des savoirs. Alors que les problèmes relatifs à la propriété intellectuelle sont initialement accentués par les représentations réciproques des acteurs, c’est la mise en œuvre de projets communs qui permet de réduire progressivement les antagonismes entre les acteurs. 

Lire la suite