Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fiche de lecture : Al-Aali, A.Y. et Teece, D.J. (2013)

31 Décembre 2013 , Rédigé par innopi.over-blog.com

Fiche de lecture : Al-Aali, A.Y. et Teece, D.J. “Towards the (Strategic) Management of Intellectual Property: Retrospective and Prospective”, California Management Review, vol.55, n°4, 2013, p.15-30

Résumé : L’article commence par montrer pourquoi le management des droits de PI est une problématique de plus en plus complexe. Il intègre ensuite la réflexion dans le cadre du modèle « Profiting for Innovation » et le raccroche à la problématique de la conception de modèles d’affaires pérennes. Le lien avec les stratégies de PI est fait d’abord à travers le concept de « régime d’appropriabilité » cher à David Teece. Les auteurs y abordent notamment le cas des univers « multi-inventions » (souvent qualifiés de « technologies complexes » par les économistes). Les auteurs présentent ensuite la stratégie de Pilkington avec sa technologie du verre flotté (floating glass) et de la manière dont il a combiné une volonté de diffusion large à travers une stratégie de licences accordées progressivement à l’ensemble des producteurs de verre et le souci de conserver dans la durée des avantages liés à son invention (à travers notamment une restriction géographique des licences et le maintien du secret sur certains aspects de la méthode de fabrication). L’article se termine par une réflexion sur les implications managériales d’une telle approche intégrée des stratégies de PI.

Commentaire : Article qui resitue le management stratégique des droits de PI dans la perspective systémique développée par David Teece. On y retrouve les bases du modèle PFI (Profiting for Innovation) qu’il a proposé au milieu des années 1980, ses liens avec le dilemme internalisation / externalisation, pour aboutir aux capacités dynamiques et au rôle du business model. Comme la plupart des articles de Teece, le papier est riche et plusieurs lectures peuvent être nécessaires pour les non-experts des domaines abordés pour en tirer la substantifique moelle. On y retrouve également la grande cohérence qui fait la force de sa pensée. En revanche, les lecteurs habitués de ses travaux risquent d’y trouver assez peu de valeur ajoutée.

Concernant le management stratégique des droits de PI à proprement parler, l’article a le mérite de le situer dans ce système plus large. Il aborde également de nombreuses problématiques associées (les fameux régimes d’appropriabilité du modèle PFI, la complexité du transfert de technologie et donc des stratégies de licence, le brevetage défensif et les accords de licence croisés, les problématiques de coûts). Il pose aussi la question de l’utilisation combinée de plusieurs droits. Mais la traite de manière un peu décevante (aussi intéressant l’exemple soit-il) à travers le cas des licences Pilkington sur le verre « flotté », qui intégraient à la fois des technologies brevetées et du savoir-faire protégé par le secret (ce qui est assez classique). D’une manière générale, l’apport est ici aussi assez limité. Il faut toutefois garder à l’esprit qu’il s’agit là d’un article d’introduction à un numéro spécial. Son but est donc logiquement avant tout de mettre en perspective les réflexions dans ce domaine.

Lire la suite

Un objectif optique pour les smartphones

30 Décembre 2013 , Rédigé par innopi.over-blog.com

Les faits : Sony lance le Smart Lens, un objectif destiné à se fixer sur les téléphones mobiles (voir sa présentation par 01net).

Source : "L'objectif qui vise les smartphones", Enjeux-Les Echos, décembre 2013, p.28.

Commentaire : L'un des effets les plus spectaculaires de l'innovation technologique est qu'elle fait apparaître des produits de substitution susceptibles de réduire considérablement, ou même de tuer un marché. Le smartphone, produit polyvalent par excellence a déjà quasiment effacé l'assistant numérique personnel (PDA) de nos radars. Il a sérieusement ébranlé le marché des GPS.

Nous avions déjà évoqué les menaces qu'il représentait pour le marché des appareils photo compact, en indiquant que la stratégie suivie par les spécialistes de l'appareil photo était la montée en gamme pour accentuer les différences entre les photographies prises avec ces appareils et les clichés pris avec les smartphones (notamment en proposant des compacts "hybrides"). Sony (qui est présent sur les deux marchés) propose quant-à-lui une voie alternative : il propose une optique de qualité, qui comporte son propre capteur (de dimension supérieure à celui qui équipe les smartphones) et un système de stabilisation, et qui vient se greffer sur les smartphones et tablettes. Le système utilise l'écran (pour viser et régler) et les capacités de stockage de ces dernières... Sony semble vouloir transformer une menace en opportunité. Mais le consommateur acceptera-t-il de payer le prix d'un appareil photo portable un appendice qui transforme son téléphone mobile en... appareil photo compact ? A suivre...

Lire la suite

L’utilisation de l’information brevet au sein des bureaux d’études : du potentiel au réel

8 Décembre 2013 , Rédigé par innopi.over-blog.com

Corbel, P. et MBongui-Kialo, S. « L’utilisation de l’information brevet au sein des bureaux d’études : du potentiel au réel », Revue Internationale d’Intelligence Economique, vol.4, n°2, septembre 2013 (daté 2012), p.139-152.

 

RésuméCet article a pour but d’analyser de manière approfondie la façon dont le brevet peut alimenter le processus d’innovation. La manière dont est gérée l’information brevet, souvent laissée en arrière-plan par rapport aux stratégies mises en œuvre via le dépôt de brevets par l’entreprise, est ainsi mise au cœur de l’analyse d’une étude de cas approfondie et menée en deux temps. Nous avons en effet combiné deux recherches menées à environ trois ans d’intervalle dans la même entreprise, avec des problématiques différentes mais se recoupant en partie, pour en faire une seule étude de cas. Ces deux recherches montrent de manière congruente que les principaux rôles potentiels du brevet comme inputs dans le processus d’innovation sont bien utilisés et nous apportent des précisions sur la manière dont ils le sont. Mais elles montrent aussi que l’on est loin de les utiliser à leur plein potentiel et apporte un certain nombre d’enseignements sur les freins à leur utilisation. Nous montrons qu’il est nécessaire d’adopter une approche globale du système de management des brevets de l’entreprise, lui-même articulé avec son processus d’innovation.

 

Lien : Lien vers l'article sur le site de Lavoisier.

 

Lire la suite

Un grand distributeur innove... industriellement

7 Décembre 2013 , Rédigé par innopi.over-blog.com

Les faits : Le groupement des Mousquetaires (connu sous la marque Intermarché) ouvre une usine de biodiesel dans le port du Havre

.

Source : "Intermarché ouvre sa 61e usine française", Les Echos, 8/9 novembre 2013.

Commentaire : Il s'agit d'une usine utilisant un procédé innovant (la transesterification), permettant de fabriquer du biodiesel à partir de graisses animales non alimentaires. L'exemple est intéressant à plus d'un titre :

- D'abord parce que Intermarché est avant tout un distributeur, qu'on oppose souvent aux industriels. Il détient en réalité une soixantaine d'usines. C'est là un exemple d'intégration maximale puisque les matières premières proviendront principalement du pôle viande du groupement et que la production ira ensuite alimenter le réseau de ses stations service.

- Ensuite parce qu'il fait partie de ces exemples que nous citons régulièrement sur notre blog pour rappeler que l'innovation n'est pas concentrée dans les seules industries "high-tech".

Lire la suite

Positionnement précoce sur un marché émergent : le streaming musical

3 Décembre 2013 , Rédigé par innopi.over-blog.com

Les faits : Les services de streaming occupent une place croissante sur le marché de l'édition musicale. Plusieurs entreprises essaient de se positionner sur ce marché (dont le français Deezer).

Source : "Grandes manoeuvres sur le marché du streaming", Les Echos, 25/26 octobre 2013.

Commentaire : Cet exemple illustre trois phénomènes intéressants et que l'on retrouve dans de nombreux cas d'innovations :

- Les acteurs cherchent à se positionner très tôt sur le marché, les rendements croissants d'adoption rendant une arrivée trop tardive sur ce marché difficile.

- Une innovation peut en cacher une autre. Après le téléchargement de musique en ligne qui s'est en partie substitué à la vente sur support (sans pour autant compenser la perte de chiffre d'affaires qui en a résulté), une partie des consommateurs préfèrent limiter leurs achats et s'abonner à un service qui leur permet d'accéder à un large choix musical.

- La problématique qui se pose est celle du modèle d'affaires. La plupart de ces services proposent un service de base gratuit pour attirer les consommateurs (il en faut une masse critique importante, ne serait-ce que pour intéresser les détenteurs de droits sur les musiques), générant quelques revenus publicitaires. L'essentiel de leurs revenus proviennent toutefois des abonnements. Il faut noter qu'en complément, ces entreprises peuvent aussi amener le consommateur à acheter certains titres ou albums, se positionnant ainsi à la fois en substitut et en complément des services de téléchargement.

Lire la suite