Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hackathon Lifi 2014

31 Mai 2014 , Rédigé par innopi.over-blog.com

La société Oledcomm, dont nous suivons le développement sur ce blog, organise concours ouvert à tous les étudiants : "Hackathon LiFi 2014", qui se déroulera dans le cadre du festival de Futur en Seine à Paris, du 19 juin au 21 juin.
En partenariat avec l’école d’ingénieurs ESIEA, ce concours se déroulera au sein de ses locaux, située dans le 5ème (9,rue Vésale - 75005 Paris). Métro Les Gobelins.

Pendant 36h non-stop les étudiants travailleront par groupes de 2 à 3 personnes afin de créer et développer les meilleures applications LiFi. Ils pourront travailler sur 3 sujets :

  • Des applications geo-contextualisées pour aveugles et malvoyants (programme national Accessibilité 2015)
  • Des applications geo-contextualisées utilisant le LiFi et reposant sur l’éclairage publique dans les rues, les Gares et autres lieux publiques
  • Laisser travailler l'imagination avec l'espace concours libre

Le Jury, qui sera composé de spécialistes des domaines du numériques, des TIC et des applications mobiles, décernera un prix aux meilleures applications.


Voici le lien pour les inscriptions : http://www.jotformpro.com/form/41353458231955

Lire la suite

Festival international des start-up

15 Mai 2014 , Rédigé par innopi.over-blog.com

10 jeunes créateurs de start-up français (18-35 ans) seront invités par l'Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) à la 4ème édition Du Festival international des start'ups.

L'appel à candidatures est en ligne.

Lire la suite

L'ère des LED

14 Mai 2014 , Rédigé par innopi.over-blog.com

Les faits : Les LED confirment d'année en année leur percée. D'abord au niveau professionnel, puis au niveau du grand public. Au-delà de la lumière, on s'attend à voir émerger de nombreuses applications, notamment en matière de connexion.

Source : "Les LED s'installent dans l'éclairage européen", Les Echos, 28/29 mars 2014.

Commentaire : Parmi les applications complémentaires, le journal cite le Li-fi, mais sans mentionner Oledcomm, la start-up issue de l'UVSQ que nous suivons sur ce blog depuis janvier 2013.

Voir nos articles "Le réseau du futur à l'UVSQ ?" et "Oledcomm sur BFM".

Lire la suite

La difficile évaluation des entreprises de haute-technologie

12 Mai 2014 , Rédigé par innopi.over-blog.com

Les faits : Total a déboursé 1,38 milliard de dollars pour acquérir la majorité du capital de l'américain SunPower, spécialiste des panneaux photovoltaïques. Deux ans après, les pertes se sont accumulées (plus de 800 millions de dollars). Et pourtant, elle pourrait se révéler un investissement intéressant...

Source : "SunPower, le pari de moins en moins fou de Total dans le solaire", Les Echos, 28/29 mars 2014.

Commentaire : La valeur d'une entreprise "high-tech" (même si dans le cas présent, il ne s'agit plus d'une start-up puisqu'elle a été créée en 1985) est particulièrement difficile à évaluer car elle a cumulé très peu d'actifs en-dehors de son savoir-faire et éventuellement de droits de la propriété intellectuelle. Sa valeur dépend donc de celle de ce savoir-faire et de ces actifs immatériels. Or, celle-ci dépend elle-même :
- d'une part de la taille du marché. Or un marché jeune peut décoller très vite ou stagner longtemps. En l'occurrence, le décollage des ventes des panneaux photovoltaïques est relativement récente. A cela s'ajoute parfois - et c'est le cas ici - le rôle des autorités. Le solaire a souvent été poussé par des politiques fiscales avantageuses et des obligations de rachat à des prix élevés imposées aux compagnies d'électricité. Très généreuses, ces politiques ont souvent provoqué une forte hausse de la demande. Mais lorsque ces politiques deviennent plus rigoureuses - ce qui est le cas par exemple en Europe -, cela provoque une chute toute aussi brutale du marché, ajoutant alors encore à la volatilité naturelle de ce type de marché jeune.
- d'autre part de sa position sur ce même marché. Or, les fabricants chinois à faible coût ont conquis ces dernières années une très forte part du marché, mettant des entreprises comme SunPower en difficulté. Mais la baisse des subventions propres à cette énergie vont obliger à faire un nouveau saut en matière d'efficacité, qui pourrait de nouveau avantager les entreprises les plus avancées sur le plan technologique. Et le fait d'être adossé à un groupe comme Total permet d'amortir les chocs...

Lire la suite

Innovation Summer Camp'14 Paris Saclay

6 Mai 2014 , Rédigé par innopi.over-blog.com

Envie d'entreprendre et encore non porteur d'un projet de création d'entreprise technologique et innovante?

Ingénieur, designer, commercial, scientifique … ?

Etudiants du Campus Paris Saclay et/ou de ParisTech ? entre la L3 et la D3, ou en MS ou MBA ?

L'Innovation Summer Camp'14, c'est pour vous !

Venez découvrir l'entrepreneuriat et l'innovation en l'expérimentant, en le vivant et en le partageant, puis lancez vous !

Co-organisé par l'Institut d'Optique Graduate School et le Design Center de Thales Université, l'Innovation Summer Camp'14 est la première école d'été d'innovation et d'entrepreneuriat du Campus Paris Saclay, soutenu par la Fondation de Coopération Scientifique du Campus Paris Saclay, ParisTech et le Pôle d'Entrepreneuriat Etudiant de Paris Saclay.


Du 30 juin au 4 juillet 2014, au camp de base @503, Centre Entrepreneurial de l'Institut d'Optique - Orsay.

En équipes pluridisciplinaires, les participants auront 5 jours pour relever un défi majeur de société, imaginer des nouveaux concepts, les prototyper dans un fablab, mener des expériences utilisateurs, se confronter à des experts, des entrepreneurs,…

Hébergés sur site tout au long de cette école d'été, les participants seront en totale immersion au sein de lieux parmi les plus innovants du campus !

Et à l'issue, les participants pourront poursuivre leur projet dans les programmes d'entrepreneuriat et d'innovation de leur établissement, tout en bénéficiant du réseau construit lors de cette aventure humaine.

Alors inscrivez-vous ! Uniquement 60 places. Ouverture des inscriptions à partir du 15 mai.

Vous voulez en savoir plus, rendez vous sur le site de l'Innovation Summer Camp'14.

Lire la suite

Fiche de lecture : Huber (1991)

1 Mai 2014 , Rédigé par innopi.over-blog.com

Fiche de lecture : Huber, G.P. “Organizational Learning: The Contributing Processes and the Literatures”, Organization Science, vol.2, n°1, 1991, p.88-115

Résumé : L’auteur propose une revue critique de la littérature sur l’apprentissage organisationnel. Il insiste sur sa fragmentation et structure donc son article autour des grandes thématiques qu’il identifie en en soulignant à chaque fois les lacunes et donc les voies de recherche pour l’avenir.

La première grande thématique est celle de l’acquisition de connaissances. Il la découpe en sous-domaines faisant chacun l’objet de travaux spécifiques. L’apprentissage congénital est ainsi celui qui constitue la base de connaissances d’une organisation lors du démarrage de ses activités. Il provient des connaissances de ses créateurs ainsi que de celles qui ont pu être acquises pendant la phase de préparation du lancement de ses activités. Le deuxième type d’acquisition est lié à l’expérience. L’apprentissage expérimental est associé soit la mise en œuvre volontaire d’expérimentations, soit plus fréquemment à des retours d’expérience sur des évènements vécus au sein de l’organisation qu’ils soient intentionnels ou non. L’auteur associe également l’apprentissage par l’expérience à d’autres types de travaux portant d’une part sur l’auto-évaluation (courants de la recherche-action et du développement organisationnel) et d’autre part sur celui des organisations en expérimentation permanente telles qu’elles ont été notamment défendues par Starbuck. Il note enfin qu’il comporte une part non-intentionnelle, peu formalisée tandis qu’au contraire d’autres travaux plus systématiques sont tournés vers la mesure des effets de l’apprentissage, notamment à travers le concept de courbe d’expérience. C’est la partie la plus développée de l’article. Il consacre toutefois également des parties à d’autres sources d’acquisition de connaissances : par autrui (vicarious learning), à travers l’imitation ; par greffes (grafting learning), qui prennent la forme de recrutements ou d’acquisitions d’organisations détentrices des connaissances visées ; ou encore par recherche active ou par attention à des signaux dans l’environnement (noticing). Il souligne notamment le manque de capitalisation des travaux entre ces différents courants de recherche.

Il s’intéresse ensuite à la distribution de l’information dans l’organisation, qui détermine à la fois les potentialités d’apprentissage (par combinaison de différentes briques de connaissances) et sa profondeur (capacité à partager les mêmes bases, amenant ensuite à des interprétations davantage convergentes). Ce champ de recherche est selon lui plus mature mais il note le peu de travaux portant sur la manière dont les détenteurs d’informations peuvent identifier ceux pour qui elles seraient pertinentes et comment ceux qui ont besoin d’informations peuvent identifier ceux qui les détiennent.

Les connaissances ainsi acquises et diffusées au sein des organisations sont ensuite interprétées pour influencer les décisions et l’action. Il insiste sur l’importance que jouent les cadres conceptuels préalables (cartes cognitives) et passe également en revue les travaux sur l’influence de la richesse des médias utilisés pour transmettre l’information sur leur interprétation, ainsi que sur les effets de la surcharge d’informations. Il aborde enfin le concept de désapprentissage mais montre qu’il s’agit en fait d’une manière de présenter un processus d’apprentissage. Il insiste surtout sur le besoin de nouvelles études empiriques dans ce champ.

Il termine son article par une revue des travaux sur la mémoire organisationnelle qu’il estime peu développés au regard de l’importance de cette variable, qui influence les trois autres. Il insiste notamment sur les nouvelles possibilités offertes par l’informatique et les systèmes experts.

La conclusion reprend les principales critiques formulées et insiste sur la fragmentation du champ, en avançant certaines explications au fait que ce champ de recherche ne s’applique pas à lui-même les préconisations qui découlent de ses recherches, ce qui débouche sur une faible capitalisation des connaissances. Il regrette enfin que ces travaux n’aient pas fait l’objet d’une diffusion davantage orientée vers les praticiens.

Commentaire : Un article dont on peut conseiller la lecture à quelqu’un qui débute des travaux sur l’apprentissage organisationnel. Cette revue de littérature est à la fois très large et assez critique. Elle permet ainsi de bien appréhender la structuration originelle du champ et les auteurs de référence de chaque thématique et courant. Elle ouvre aussi la voie à de nombreuses pistes de recherche (même si certaines ont été approfondies depuis).

Je regrette pour ma part que l’auteur n’ait pas été plus loin pour matérialiser la volonté d’intégration sous-jacente à son papier. Alors qu’il montre bien tout au long du texte les liens qui existent ou devraient exister entre les différentes thématiques, il ne propose in fine pas de modèle intégrateur.

Lire la suite