Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La fin de la carte SIM ?

5 Novembre 2010 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Actualités techno commentées

Les faits : Apple dévoile (très partiellement) un projet de dématérialisation de la carte SIM.

 

Source : Les Echos, 29/30  octobre 2010.

 

Commentaire : Apple souhaiterait intégrer à ses futurs téléphones un composant (conçu par Gemalto) permettant de solidariser le téléphone à la carte SIM en la remplaçant par un composant électronique. Apple aurait alors la maîtrise des abonnements : il agirait comme un opérateur mobile virtuel basculant d'un réseau à l'autre en fonction des tarifs pratiqués par les opérateurs. Pour le consommateur, cela mettrait fin aux relations captives avec les grands opérateurs. Mais quand on connaît la capacité d'Apple à mettre en place des systèmes fermés et à en tirer le maximum de valeur financière, on pourrait aussi s'inquiéter. Côté stratégique, on risque d'assister à un joli bras de fer. D'un côté, si les opérateurs refusent en bloc la solution, ils pourraient menacer de pousser les téléphones sous Android ou Windows Phone (voir notre article sur la guerre des systèmes d'exploitation pour téléphones mobiles), ce qui constitue une source de pouvoir de négociation non négligeable. Mais si un seul des opérateurs dans un pays cède, les autres auront du mal à résister : il est difficile aujourd'hui de proposer une offre n'incluant pas l'iPhone. Quant à Gemalto, la situation est également compliquée. D'un côté, son avance technologique lui permettrait de se placer idéalement en cas de substitution de cette solution à la carte SIM traditionnelle. De l'autre, cela cannibaliserait ses propres produits (il vend des cartes SIM aux opérateurs) et, en cas d'échec, il aura mécontenté ses clients pour rien... Reste qu'une approche historique du management de l'innovation nous enseigne que la peur de cannibaliser ses propres produits a rarement été une bonne source de conseil au niveau stratégique. Beaucoup de leaders se sont trouvés en situation favorable sur une nouvelle technologie qui était susceptible de se substituer à celle qu'ils utilisaient, mais leur réticence à remettre en cause leur situation a conduit d'autres entreprises à se lancer à leur place.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article