Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les relations progrès technique-emploi : le cas de l'industrie électronucléaire

15 Août 2010 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Publications : résumés et liens

Corbel, P., Les relations progrès technique-emploi : le cas de l'industrie électronucléaire, thèse de doctorat en sciences de gestion sous la direction d'A. Maïsseu, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, septembre 2000

 

Résumé : Le but de cette thèse est d’apporter un nouvel éclairage au problème des relations entre progrès technique et emploi. Elle vise à mieux comprendre les mécanismes en jeu de manière à ce qu’ils puissent être intégrés davantage en amont dans la stratégie technologique des entreprises. Dans cette optique, le Titre I combine donc des concepts et des outils historiques, économiques, sociologiques et de gestion des ressources humaines. Nous avons ainsi pu constater que ces approches convergeaient sur certains points clés : notamment un raisonnement en termes de systèmes techno-économiques et l’importance croissante du savoir. Nous tentons d’en analyser les conséquences potentielles pour la gestion des entreprises. Nous avons également élaboré une méthode permettant d’évaluer les effets sur l’emploi d’une nouvelle technologie à partir des effets de compensation engendrés par cette dernière, que nous avons appliqué à l’industrie électronucléaire. Si le modèle complet n’a pu être appliqué qu’à la France, une enquête menée au niveau mondial nous a permis de collecter des données permettant des comparaisons internationales. En plus de montrer qu’une industrie très capitalistique peut générer un grand nombre d’emplois, essentiellement indirects ou induits, ce qui rend leur évaluation d’autant plus délicate, cette étude montre qu’à partir du même choix technique de base, on peut aboutir à des situations très différentes en matière d’emploi en fonction de la stratégie suivie pour le mettre en œuvre.

 

Résumé détaillé :

La mise en œuvre de nouvelles technologies est un problème potentiellement difficile à gérer pour les entreprises. La technologie joue en effet sur la culture et l'identité d'une entreprise, mais aussi sur les compétences des individus qui la composent et donc sur les rapports de dépendance à internes. L'introduction de nouvelles technologies est donc potentiellement génératrice d'angoisse. Or, des études ont montré que cette angoisse et les risques de dysfonctionnements associés étaient augmentés si des emplois étaient menacés. Alors qu'un large consensus se dégage autour du fait que les entreprises doivent actuellement faire face à des mutations technologiques profondes, comprendre les relations entre le progrès technique et l'emploi apparaît important pour mieux maîtriser la gestion des projets de mise en œuvre de nouvelles technologies. Le but de cette thèse est d'apporter un nouvel éclairage à ces relations.

 

L'introduction développe ces arguments en montrant pourquoi il est important pour les entreprises de bien comprendre ces relations alors même que l'abondance de la littérature disponible sur le sujet n'empêche pas les approches simplificatrices et partiales de prendre souvent le pas sur l'analyse approfondie des mécanismes en jeu. Elle présente également quelques précisions sur les termes progrès technique, invention, innovation et technologie. La thèse est composée de deux grands "titres", l'un visant à faire le point sur les connaissances existantes concernant les relations progrès technique-emploi, l'autre appliquant certaines des idées-clés relevées dans le Titre I au cas de l'industrie électronucléaire.

 

Le Titre I "Introduction aux principales problématiques des relations progrès technique-emploi" reprend les principales approches développées dans la littérature existante : la problématique historique, la problématique économique et la prise en compte des aspects qualitatifs. L’approche historique permet d'aborder le problème sous l'angle de la coïncidence éventuelle des périodes de mutation technologique et de chômage. On aboutit à une conclusion nuancée d'où il ressort notamment l'importance des liens entre croissance économique et évolutions techniques, ainsi que le concept de système technique. L’approche économique permet de développer les relations de compensation entre les destructions d'emplois "mécaniques" liée à l'augmentation de la productivité permise par l'introduction de nouvelles technologies et les effets de cette augmentation sur les salaires, les profits, les prix et le temps de travail. Des approches plus critiques, comme celle du courant marxiste, ou plus dynamiques, comme les approches schumpeterienne et post-schumpeterienne (évolutionniste) sont également abordées. Enfin, les conséquences qualitatives sont abordées en utilisant notamment une partie de l'abondante littérature sociologique et le sujet. L'auteur en tire un certain nombre de conclusions sur le rôle de la fonction gestion des ressources humaines dans la mise en œuvre mais aussi l'élaboration de la stratégie technologique des entreprises. Le Titre I se termine par une "tentative de synthèse" qui insiste sur deux points fondamentaux de convergence : le raisonnement en termes de systèmes techno-économiques et le rôle central du facteur savoir, et sur leurs conséquences pour l'entreprise.

 

Le Titre II est divisé en deux grandes parties, l'une traitant de l'industrie électronucléaire mondiale et l'autre développant davantage le cas français. Les deux parties commencent par une présentation du contexte dans lequel évoluent les entreprises étudiées. Les industries productrices d'énergie ont en effet vu se succéder récemment des crises importantes, ainsi que des bouleversements technologiques et réglementaires considérables.

L'impact sur l'emploi (direct et indirect - à travers les principales variables de "compensation" développées dans le Titre I) est mesuré au niveau mondial à travers une enquête par questionnaire réalisée sur l'ensemble des centrales nucléaires dans le monde. Les réponses provenant aussi bien de centrales individuelles que de grands groupes possédant plusieurs centrales, les mesures habituelles en termes de taux de réponse n'ont pas grand sens. Les réponses couvrent un peu plus du tiers des réacteurs dans le monde et 40% des capacités. L'échantillon est assez représentatif en termes de filières technologiques et d'âge des centrales, mais souffre de quelques biais en termes géographiques. L'analyse de l'impact sur l'emploi, est différenciée en fonction des phases de la vie d'une centrale : construction, exploitation, arrêt et démantèlement. La qualité des données varie selon les phases mais permet de tirer quelques tendances intéressantes en termes de diversité des situations et d'évolution de l'impact au cours du cycle de vie. Il apparaît donc qu'une analyse en termes de moyennes mondiales est peu significative, ce qui conduit à la nécessité d'une analyse plus fine. De plus, les résultats varient d'une entreprise à l'autre utilisant des technologies similaires (i.e. la même filière technologique : réacteurs à eau sous pression, réacteurs à uranium naturel…). Une typologie des stratégies suivies par les acteurs des principaux pays utilisant l'énergie nucléaire est donc élaborée pour permettre une analyse de ces relations.

La seconde partie du Titre II se consacre essentiellement à une analyse plus approfondie du cas français. Un outil de mesure de l'impact sur l'emploi d'une nouvelle technologie, appelée méthode C/D, comme Compensation/Déversement est élaboré à partir des théories économiques de la compensation. Il est ensuite utilisé, couplé à la méthode input-output de Léontief, pour mesurer l'impact direct, indirect et induit de l'industrie électronucléaire en France. Les résultats sont présentés en fonction de l'utilisation qu'une entreprise (en l'occurrence EDF) pourrait faire d'un tel outil dans le cadre de la mise en œuvre d'une nouvelle technologie. L'impact global brut apparaît être de 100 000 à 120 000 emplois, dont seulement 20 000 emplois directs et 50 000 emplois indirects. L'importance des emplois indirects et induits pose un problème particulier en termes de GPEC : comment gérer les effets de compensation si les effets positifs pour l'emploi se situent essentiellement à l'extérieur de l'entreprise qui introduit la technologie ?

La thèse se termine par une étude comparative, fondée sur les données obtenues par le questionnaire et sur d'autres documents (notamment des études approfondies sur les Etats-Unis et le Canada) pour tenter d'établir des liens entre la stratégie choisie et l'impact sur l'emploi. L'étude comparative approfondie de la France, des Etats-Unis, du Canada et du Japon permet d'isoler certains facteurs explicatifs : le choix de la filière technologique, mais également le degré d'intégration et de standardisation, ainsi que la volonté et la capacité des différents acteurs à exporter leurs technologies semblent avoir un impact significatif sur la quantité d'emplois créés.

 

Ce travail de recherche s'est donc traduit par l'élaboration d'un outil de prévision de l'impact quantitatif d'une technologie sur l'emploi susceptible d'être utilisé dans le cadre de systèmes de GPEC. Si certains aspects de l'impact qualitatif sont pris en compte dans l'étude de cas (au niveau mondial comme au niveau français), il ne le sont toutefois pas directement à travers l'outil de prévision, ce qui constitue l'une de ses principales limites.

L'étude de cas en elle même permet de confirmer certaines des tendances développées dans la littérature existante, mais aussi d'insister sur les aspects contingents de l'impact de l'introduction de nouvelles technologies. La stratégie technologique de l'entreprise semble en effet modifier les résultats obtenus, ce qui milite pour une prise en compte plus en amont dans le processus d'élaboration de la stratégie du problème de l'impact de l'introduction de nouvelles technologies sur l'emploi.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article