Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Synthèse du programme MINE France : vers une (re)conception de la gouvernance des SI ?

26 Août 2010 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Publications : résumés et liens

Denis, J.P. et Corbel, P. « Synthèse du programme MINE France : vers une (re)conception de la gouvernance des SI ? », Cahiers du CIGREF n°3, octobre 2006, p.45-68

 

Résumé : Cet article est issu du croisement d’une réflexion théorique s’écartant quelque peu des références généralement utilisées dans la recherche en systèmes d’information et de l’analyse de quatre monographies approfondies réalisées dans le cadre du programme MINE France, complétées par des entretiens dans plusieurs autres organisations, publiques et privées. Partant d’une interrogation initiale sur l’articulation entre SI, innovation et création de valeur, nous avons été progressivement amenés, au fil de nos investigations, vers plusieurs questions fondamentales liées au rôle du DSI : sur quels critères repose l’évaluation des investissements en SI ? Sont-ils réellement tournés vers la création de valeur ? Ces investissements peuvent-ils seulement être évalués ? Quelle place accorder à la gestion des risques dans ces investissements et dans la fonction même de DSI ?

Au vu de la diversité et de la profondeur de ces interrogations, on est en droit de revenir à une question plus fondamentale encore : comment (c’est-à-dire selon quels principes et quels critères) assurer une gouvernance viable des systèmes d’information ?
L’objectif de cet article est de poursuivre la réflexion engagée dans notre précédente contribution, centrée notamment sur le concept de modèle d’affaires, et de l’approfondir sur cette problématique fondamentale que connaissent tous les DSI, notamment des grandes entreprises. Dans cet objectif, un retour sur l’essence même de l’entreprise – forme organisationnelle certes, mais aussi (et surtout…) acte entrepreneurial – permet d’aboutir à une grille de lecture spécifiquement élaborée dans le cadre du programme MINE France. Appliquée ensuite aux cas d’entreprises étudiées, elle met en évidence plusieurs points essentiels qui seront détaillés dans le papier.
Ainsi, contrairement aux discours en vogue au début du millénaire sous l’impulsion de la vague des technologies Internet, les investissements en SI apparaissent, dans leur immense majorité, décidés et déployés dans un souci de contribution à l’atteinte d’une valeur largement considérée comme une donnée. Il s’agit d’un principe que l’on qualifiera, après Joffre et de Montmorillon [1], d’« efficience-coût » selon une logique classique d’économie. Toutefois, ce que montrent aussi ces études de cas, c’est que, une fois réalisés, ces investissements en SI sont aussi porteurs d’effets non anticipés et dès lors susceptibles de servir à autre chose que prévu au moment de la décision d’investissement. A l’extrême, ces effets sont susceptibles de profondément modifier, voire renouveler, la valeur même du projet entrepreneurial. On parlera ici d’efficience selon une logique de création de valeur, cette dernière étant largement incertaine puisque par nature difficile à anticiper.  
Ce constat, qui rejoint des avancées théoriques essentielles de la recherche en management ces dernières années, justifiera de s’interroger sur la pertinence, voire la nécessité, de (re)concevoir les principes comme les critères de la gouvernance des SI dans l’entreprise. Ceci sera justifié par une volonté de dépassement de la seule logique de l’efficience-coût, toujours majoritairement privilégiée – notamment sous la pression des marchés financiers – pour que soient aussi intégrées et appréhendées les conditions de l’efficience selon une logique de création de valeur.

 

Lien : Le cahier de recherche du Cigref n°3 peut être téléchargé sur le site de l'association.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article