Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vers un retour des dirigeables ?

14 Août 2011 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Actualités techno commentées

Les faits : L'ENS Cachan, l'ISTY, l'école d'ingénieurs de l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et l'association Dirisoft exposent au salon du Bourget un prototype (gonflé mais pas encore opérationnel) de dirigeable : le MC 500.

 

Source : Le Nouvel Observateur, 30 juin 2011, p.6.

 

Commentaire : D'anciennes technologies, longtemps abandonnées font parfois leur réapparition (l'un des cas qui fait l'objet de nombreux commentaires en ce moment est la voiture électrique). Deux facteurs peuvent expliquer ce type de phénomène :

- l'évolution technologique : la plupart des objets technologiques sont des systèmes complexes mettant en interaction de nombreux composants et donc en fait de nombreux composants. Des évolutions fortes sur les technologies utilisées pour certains de ces composants peuvent rendre compétitifs des produits qui ne l'étaient plus. Dans le cas des dirigeables, ils réapparaîtraient avec des matériaux plus résistants et des systèmes de propulsion (pile à combustible) plus évolués que ceux de la fin du XIXe et du début du XXe siècle ;

- l'évolution des besoins : les critères d'évaluation des performances d'un produit évoluent (on pourra se reporter à ce sujet aux travaux de Christensen). Dans le cas des dirigeables, la montée des préoccupations écologiques et du prix des hydrocarbures ne les requalifie pas encore pour le transport de fret classique ou de passagers, mais peut les rendre intéressants pour des missions de surveillance ou de transport de charges très lourdes.

Lire la suite

Le modèle d'affaires d'Apple en danger ?

14 Août 2011 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Actualités techno commentées

 

Les faits : Amazon propose une application web pour télécharger et lire les livres numériques. Par ailleurs, les fabricants chinois de téléphones mobiles font une percée notable en termes de parts de marché.

 

Source : Le Figaro Economie, 12 août 2011, p.21 et 24.

 

Commentaire : Apple a mis en place depuis le début des années 2000 un modèle d'affaires redoutable fondé sur trois piliers :

- la proposition de produits innovants, surtout par leur ergonomie et leur design (Apple est rarement pionnier dans les produits qu'il propose - voir notre article sur le sujet), qui permet de les proposer à un prix élevé ;

- la mise en place de services complémentaires (le premier a été l'iTunes Music Store) sur lesquels il prend des marges importantes sans subir des coûts élevés (il se positionne en simple distributeur et ne subit donc pas les coûts de développement des applications de l'AppStore) ;

- la mise en relation de l'ensemble de ces objets et services, formant un tout cohérent, ce qui en facilite l'utilisation et incite à acheter plusieurs de ces produits, le tout en multipliant les standards propriétaires pour tenir à distance la concurrence.

Ce modèle fonctionne aujourd'hui particulièrement bien. Mais comme tout système extrêmement rentable, il donne lieu à des répliques des concurrents :

- soit en imitant certaines de ses caractéristiques, comme la proposition d'un magasin en ligne d'applications, ce que tous les systèmes rivaux ont fait avec plus ou moins de succès, le principal rival en la matière étant le système ouvert Android de Google (voir notre article sur la guerre des systèmes d'exploitation pour mobiles) ;

- soit en contournant les systèmes d'Apple : c'est ce que permet Kindle Cloud Reader d'Amazon, qui ne nécessite qu'un navigateur Internet et donc pas d'application à télécharger ;

- soit en proposant des produits beaucoup moins chers, ce qui les rend accessibles sans abonnement, stratégie suivie par les fabricants de mobiles chinois (Huawei et ZTE), suivant en cela leur rival taïwannais HTC.

Si l'histoire a montré que des entreprises pouvaient rester durablement sur des segments haut-de-gamme sans craindre les marques "low cost" et que les systèmes de standards, une fois en place, pouvaient se maintenir fort longtemps (donc qu'Apple devrait continuer à accumuler de confortables bénéfices dans les années à venir), elle a aussi montré qu'aucun modèle d'affaires n'était éternellement performant et qu'il fallait penser à leur renouvellement avant qu'ils atteignent leurs limites...

 

 

 

Lire la suite

Le lobbying en réaction à des pratiques judiciaires : la réforme du droit des brevets aux Etats-Unis contre la menace des patent trolls

3 Août 2011 , Rédigé par innopi.over-blog.com Publié dans #Publications : résumés et liens

Attarça, M. et Corbel, P. « Le lobbying en réaction à des pratiques judiciaires : la réforme du droit des brevets aux Etats-Unis contre la menace des patent trolls » in V. de Beaufort et A. Masson, Lobbying et procès orchestrés, Larcier, juin 2011, p.21-46

 

Introduction : Nous nous intéresserons dans ce chapitre aux stratégies collectives de lobbying des firmes américaines portant sur la législation de protection des brevets aux Etats-Unis. Sous la pression des entreprises, l'administration fédérale américaine avait élaboré, au début des années 1980, une série de dispositions largement favorable aux inventeurs. Pour limiter les risques de contrefaçons, la législation prévoit une juridiction spécifique aux affaires de propriété intellectuelle. Cette juridiction cherche à protéger les inventeurs des contrefacteurs potentiels. La procédure dite de "pre-trial discovery" permet ainsi aux tribunaux de suspendre l'exploitation d'un brevet présumé contrefait dans l'attente d'un jugement. Cette suspension, sur la base de présomptions, a vocation à dissuader les contrefacteurs. Les juges prennent ainsi des décisions plus favorables aux inventeurs contre les contrefacteurs supposés.
Mais cette application de la loi a favorisé l'émergence d'entreprises opportunistes qui se spécialisent dans l'exploitation des failles du droit des brevets. Les "patents trolls" désignent des entreprises qui acquièrent des portefeuilles de brevets et menacent de procès les entreprises potentiellement contrefactrices. Les conséquences économiques d'une telle menace pouvant être dramatiques, les "patent trolls" parviennent ainsi à négocier, souvent abusivement, de substantiels dédommagements. Un cas emblématique de ce type de démarche est celui de la société Research in Motion, qui produit les Blackberry, qui a été "obligée" de payer plus de 600 millions de dollars à un "patent troll" (NTP) pour éviter le risque d’une suspension provisoire de la commercialisation de ses fameux smartphones aux Etats-Unis.
L'ampleur prise par le phénomène des "patent trolls" et ses incidences sur des secteurs clés de l'économie américaine (électronique, téléphonie, informatique, services bancaires) conduisent progressivement le législateur à chercher des parades juridiques à ce phénomène. Un lobby dénommé "Coalition for Patent Fairness" est créé par les principaux acteurs des secteurs de l'informatique et de l'électronique dans le but de promouvoir une réforme de la législation limitant les dérives des "patent trolls". Depuis plusieurs années, un projet législatif dit Patent Reform Act est en discussion au sein du Congrès américain. Les divergences d'intérêts entre, d'une part, les membres de la Coalition Patent Fairness et, d'autre part, les entreprises des secteurs pharmaceutiques et des biotechnologies, regroupées notamment dans une coalition concurrente dénommée Coalition for 21st Century Patent Reform, retardent l'aboutissement de ce projet. Malgré l’appui de la nouvelle administration Obama, le projet de réforme, qui allait initialement dans le sens des intérêts de la Coalition for Patent Fairness, a été largement amendé pour tenir compte des intérêts des industriels de la pharmacie et des biotechnologies.
A côté de leurs actions de lobbying, les entreprises menacées par les "trolls" tentent également de réagir sur le plan juridique afin de limiter la portée des menaces. La société eBay a notamment réussi à faire changer la jurisprudence en matière de suspension de l'exploitation d'un brevet contrefait (affaire eBay vs MercExchange).

Pour bien en comprendre la portée, il nous semble important de situer ces tentatives de modification de la législation et de la jurisprudence dans leur contexte historique. Nous commençons donc par exposer le déroulement des changements étudiés en commençant la mise en place d’un système très favorable aux détenteurs de brevets, en poursuivant par les effets pervers de ce système et en terminant par les actions récentes menées par les entreprises pour les combattre.
Nous analysons ensuite ce cas à travers l’interaction entre règlementation et décisions de justice, stratégie des entreprises et stratégies d’influence. Après avoir rappelé les éléments essentiels des stratégies mises en œuvre par les entreprises pour influencer la règlementation et la jurisprudence, nous examinons à travers ce cas quelle influence ces dernières peuvent avoir sur certains aspects de la stratégie des entreprises. Cela nous permettra d’en tirer un certain nombre d’enseignements sur la manière dont les entreprises peuvent s’organiser pour gérer des dossiers de ce type.

 

 

Lire la suite